Background Heading

Le Chant des Cerises

Chansons contestataires d’hier et d’aujourd’hui

Par

le

« Chaque fois que le monde a changé, il y avait une chanson dans l’air ».

Ces deux dernières années, c’est tous les mois que le monde change, incendies de forêt, pandémie, révoltes contre les violences institutionnelles, canicules, injustices sociales… Le songbook 2020 devrait être aussi épais que le bottin téléphonique du siècle passé. Difficile pourtant de s’en rendre compte, les mesures de confinement n’en finissent pas d’étouffer la musique et plus largement, le secteur culturel tout entier. Tout est gelé et c’est probablement avec l’énergie du désespoir que certain.e.s essaient d’exister à nouveau, à distance.

Les grosses structures souffrent et sont victimes de leur taille. Plus question de remplir des salles complètes, d’enchaîner les festivals et leur marathon de têtes d’affiche interchangeables. Les artistes dépriment, mais beaucoup essaient de trouver des alternatives, de réinventer leur art et peut-être de revenir à l’essentiel : toucher les âmes et les cœurs plus directement, plus profondément, plus intimement. Nous accompagner à résister à ce mal-être sociétal, nous aider à retrouver le chemin de nos valeurs et du sens des choses après six mois de réclusion mentale.

Les petites formules solo, duo ou trio éclosent à nouveau un peu partout comme des crocus de printemps dans des lieux improbables pour nous rappeler que la vie est toujours là. C’est le cas du Chant des Cerises, un trio carolo qui reprend des chansons engagées. Des classiques internationaux, mais aussi des pépites oubliées du répertoire ouvrier. Ces chansons qui ont porté l’espoir, agité les consciences, nourri les luttes collectives et mobilisé les foules.

C’est lors d’une chaude soirée d’août, prémisse d’une nouvelle canicule, dans l’agréable jardin de Frank situé au pied du terril du Bois du Cazier à Marcinelle que je suis allé à la rencontre des trois musicien.ne.s. Une répétition en toute simplicité. Le jardin est assez vaste pour conserver les distances de sécurité et rassurer tout le monde.

Au chant et à la guitare, Émilie Jacquy, enseignante et rossignol ransartois dont la voix porte les chansons de la formation. Elle berce, rassure, explique, raconte et s’indigne ! En 2011, Émilie organise le Festival de chanson ouvrière à Charleroi. Un festival qui veut dépoussiérer le répertoire des chants de lutte du mouvement ouvrier en proposant à des musiciens amateurs ou semi-pros de se le réapproprier dans le cadre d’un concours. Ses amis Frank et Julie y participent. Trois ans plus tard, ils rempilent pour la deuxième édition, qui s’étend à la chanson contestataire en général et voit naître l’idée du karaoké en marge du concours. L’idée de créer un groupe avec un set fixe fait son chemin. En 2018, la formule actuelle du trio intimiste et coloré se concrétise.

Julie Bouniton est responsable du service éducatif à l’Albertine, mais aussi redoutable dompteuse mont-sur-marchiennoise de violoncelle, cet instrument proche de la voix humaine qui peut vite évoquer le grincement de dents s’il n’est pas abordé avec toute la sensibilité requise. Quand le cello se repose, sa voix prend alors le relais.

Digne descendant de Pythagore, inventeur de la gamme et des principes de l’harmonie, Frank Venmans jongle aussi bien avec les chiffres qu’avec les notes. Mathématicien renommé, enseignant en économie environnementale et conférencier international se partageant entre Marcinelle et la London School of Economics, il accompagne le duo féminin au piano, à l’harmonica et au sourire optimiste éclatant.

Le Chant des Cerises propose un beau répertoire. Au gré des circonstances de cette année 2020 inconcevable et pourtant bien réelle, d’un avenir proche où les luttes pour notre survie dans un environnement et une humanité malades sont exacerbées, il est fort à parier que de nombreuses nouvelles chansons seront autant d’occasions au trio de nous redonner du courage avec grâce et délicatesse.

Si cet article vous plaît, partagez-le …

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

La publication a un commentaire

  1. Nadine Hanoulle-Danaux

    Que de souvenirs … ! Merci !

Laisser un commentaire

Derniers articles parus